vendredi 19 septembre 2014

Week-end reflection contest - The great wave of Kanagawa

My knee has been getting worst, this week because my doctor ordered physiotherapy sessions way to early in the healing process. I'm back where I were a week after the accident... 

(I'm not too happy with my doctor, has you can guess). Short version of this sad long story : now I have to wait untill the october the14th for an magnetic resonance image of my knee, to see what is really happening with the ligaments...

And still no walking for poor 'Tsuki... I'm trying not to get mad at home : I miss so much hiking...

So I noticed this reflection at home :



It is a reflection of a poster of the big wave of Kanagawa, curiously caught on a frame presenting another kind of big wave, the one created by the fury of a siren, an artwork by François Bourgeon, my favourite graphic novelist...


Strange as my bedroom and my kitchen talk to each other, isn't it ? ^^

Here is the picture of the mermaid, for those interested by the work of this author :


It wasn't easy to catch it without reflection, actually ^^


Thanks for your visit, please click on the image below yo see many other reflections :


mercredi 17 septembre 2014

Apocalypse now

Source : http://www.lemonde.fr/climat/article/2014/09/17/en-2013-les-catastophes-naturelles-ont-deplace-trois-fois-plus-de-personnes-que-les-conflits_4489031_1652612.html

En 2013, les catastrophes  naturelles ont déplacé trois fois plus de personnes que les conflits 

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par
Abonnez-vous
à partir de 1 €
Réagir Classer
Partager google + linkedin pinterest

Au Bangladesh, près de Dhaka, le mur d'une école s'est effondré à cause de l'érosion des berges du fleuve Padma.

En 2013, 22 millions de personnes ont été déplacées en raison de catastrophes liées aux aléas naturels, soit près de trois fois plus que les personnes contraintes de fuir un conflit, révèle le dernier rapport de l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), publié mardi 17 septembre.

Les flux migratoires provoqués par les catastrophes naturelles ne cessent de croître. Deux fois plus de personnes sont déplacées aujourd'hui que dans les années 1970. Si l’importance de ces mobilités forcées varie bien sûr d’une année à l’autre, entre 2008 et 2013, ces catastrophes ont entraîné le déplacement de 27 millions personnes en moyenne par an, pour la plupart à l'intérieur même de leur pays.

URBANISATION GALOPANTE

Cette situation est en grande partie due à la croissance démographique et à l'urbanisation galopante dans des zones sujettes aux cyclones et aux inondations, notamment en Asie. « De plus en plus de personnes sont exposées à un risque de déplacement, souligne Alexandra Bilak, directrice de la recherche et des politiques de l'Observatoire. La plupart des catastrophes sont autant d'origine humaine que naturelle. La concentration d’individus dans des zones à risque où l’habitat est souvent précaire ne fait qu’accroître la probabilité d’une catastrophe . »

« L'urbanisation rapide a accentué la vulnérabilité même de pays à revenu moyen comme les Philippines, insiste Jan Egeland, secrétaire général du NRC. Au vu du nombre croissant de personnes vivant et travaillant dans les zones à risque, cette tendance à la hausse va se poursuivre et devrait être exacerbée par les effets du changement climatique qui causeront de plus en plus d'événements extrêmes à l'avenir. » 

LES PAYS DÉVELOPPÉS NON ÉPARGNÉS

Les populations des pays les plus développés ne sont pas épargnées. Au Japon, le typhon Man-yi, en 2013, a provoqué le déplacement de 260 000 personnes. Aux Etats-Unis, les tornades qui ont balayé l'Oklahoma ont poussé 218 500 personnes à fuir. Ce sont néanmoins les pays en développement qui paient le plus lourd tribu, avec plus de 85 % des déplacements.
L’Asie est le continent le plus touché, avec 19 millions de personnes déplacées, soit 87,1 % du nombre total de déplacés environnementaux à l'échelle mondiale. Aux Philippines, le typhon Haiyan à lui seul a déplacé 4,1 millions de personnes, soit un million de plus que dans les quatre autres régions touchées par ce typhon, réunies (Afrique, Amériques, Europe et Océanie).
C'est en Afrique, continent dont la population est appelée à doubler d'ici 2050, que les risques de déplacement tendent  le plus à s'accroître, s'inquiète l'IDMC. En 2013, des inondations saisonnières ont provoqué dans la région du Sahel le déplacement de plusieurs centaines de milliers de personnes, notamment au Niger, au Tchad au Soudan, et au Soudan du Sud, pays dont populations extrêmement vulnérables sont déjà en proie à des conflits et à la sécheresse.

DÉPLACEMENTS PROLONGÉS

L’IDMC insiste sur la complexité croissante de la situation des familles déplacées, qui souvent subissent simultanément les conséquences d'un conflit. Entre 2008 et 2013, 33 des 36 pays affectés par un conflit armé ont également connu des aléas environnementaux contraignant des personnes à fuir. « Depuis le début de l’année 2014, au Soudan du Sud, illustre Alexandra Bilak, on compte déjà un million de déplacés en raison du conflit. Et des inondations sont venues en août provoquer de nouveaux déplacements de familles. Or dans ce type de situation, ce sont souvent les mêmes individus qui sont affectés et obligés de se déplacer plusieurs fois. »
La situation des déplacés peut aussi se prolonger dans des pays non affectés par un conflit. Aux Philippines, sur les 4 millions de personnes contraintes par le typhon Haiyan à fuir en novembre 2013, un million n’ont toujours pas trouvé de solution de réinstallation durable. En Haïti, quatre ans et demi après le séisme de janvier 2010, 100 000 personnes vivent toujours dans les camps à Port-au-Prince. « Ces situations de déplacement prolongé sont alarmantes, d’autant que l’on manque d’informations sur le devenir des personnes », relève Alexandra Bilak.
Face à cette situation alarmante, l'IMDC appelle la communauté internationale à mettre rapidement cette question des déplacements à l'agenda des négociations en cours au sein de l'ONU sur les futurs Objectifs de développement durable, qui doivent prendre la suite des Objectifs du Millénaire pour le développement dont l'échéance arrive en 2015. « Des mesures doivent être prises pour prévenir les catastrophes mais aussi, insiste Alexandra Bilak, pour renforcer la protection des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays et répondre à la complexité croissante de leur situation. Il faut passer de la réponse d’urgence à une réponse durable permettant de stabiliser ces personnes. »

Démago, mais super intelligent politiquement à 2 ans des prochaines élections... 'Va battre Sarkozy les doigts dans le nez, à ce rythme là...

source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/09/16/20002-20140916ARTFIG00248-six-millions-de-menages-devraient-voir-leurs-impots-baisser-en-2015.php

Six millions de ménages devraient voir leurs impôts baisser en 2015

  • Home ECONOMIE Conjoncture
    • Par
    • Mis à jour
    • Publié
VIDÉO - Lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée, le premier ministre Manuel Valls s'est engagé à « baisser la pression fiscale ». Il confirme également une revalorisation du minimum vieillesse à 800 euros par mois.

«Réduire la dépense, oui, plutôt qu'augmenter les impôts!» Lors de sa déclaration de politique générale prononcée devant l'Assemblée nationale ce mardi, le premier ministre Manuel Valls a fait part de sa volonté de baisser la pression fiscale car «les impôts, par leur accumulation depuis 2010, ont atteint un niveau insupportable pour les Français». Il annonce ainsi que six millions de ménages vont voir leurs impôts reculer d'ici à la fin 2015. «Un premier pas a été accompli en direction de plus de quatre millions de ménages, dès cette rentrée. Et nous poursuivrons ce mouvement en 2015: six millions de ménages seront ainsi concernés par la baisse de l'impôt sur le revenu», a-t-il expliqué.

Cette promesse fait suite à la décision du Conseil constitutionnel de rejeter, en août dernier, une mesure en faveur du pouvoir d'achat des salariés modestes, qui faisait partie du volet social du pacte de responsabilité, lequel prévoit d'importants allégements de cotisations et d'impôts pour les entreprises. Le gouvernement avait alors immédiatement promis des «mesures alternatives» après ce veto, pour «amplifier» le «dispositif de baisses d'impôt déjà annoncé» par l'exécutif.

L'autre mesure annoncée ce mardi est une «prime exceptionnelle» - sans plus de détails- pour les retraités percevant moins de 1200 euros par mois ainsi qu'une revalorisation du minimum vieillesse. Ce dernier grimpera à 800 euros par mois contre 792 euros actuellement. Ce coup de pouce avait déjà été évoqué en mars dernier par la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine dans un entretien au site spécialisé toutsurlaretraite.com. «Quand, et je vous l'annonce aujourd'hui, nous revalorisons le minimum vieillesse à 800 euros, et quand, de plus, nous verserons aux retraités qui perçoivent moins de 1200 euros par mois une prime exceptionnelle, malgré la faible inflation, nous ne faisons pas de l'austérité», a dit le premier ministre. Manuel Valls s'était engagé à «compenser l'effet négatif de l'inflation sur les petites retraites» après le tollé provoqué vendredi par l'annonce d'une non-revalorisation des pensions inférieures à 1200 euros par mois.

vendredi 12 septembre 2014

Week-end reflection contest - The cocotte's reflection

My knee is still useless, I'm still at home waiting for its healing, so I'm happy to have some old reflections from this winter I've never shown to enter James' weekend contest...

Here is a shop display reflection captured around last Valentine's day :





Those cocottes looked so funny to me that I bought one for my home... ^^


Thanks for your visit, please click on the image below yo see many other reflections :


vendredi 5 septembre 2014

Weekend reflection contest - The Plastic snowman

These days, the weather is rather hot in Britanny...

So I decided to look back on my pictures taken last winter, to refresh myself, and I found a reflection I have forgotten to post on our little weekly contest...


We had no snow, last year, but we had snowmen in my village streets anyway...



Thanks for your visit, please click on the image below yo see many other reflections :


vendredi 29 août 2014

Weekend reflections contest - Framing a holy reflection

Everything is pretty much in the title, this week :

"Flamboyant" reflect...

Enjoy your weekend, dear friends !



Thanks for your visit, please click on the image below yo see many other reflections :


mardi 26 août 2014

l'affaire Le Parisien, ou comment le copyright va finir par tout nous interdire


Le Parisien poursuit le site theparisienne.fr pour contrefaçon

Par , publié le

Paris - Le journal Le Parisien a annoncé mardi assigner le blog theparisienne.fr pour contrefaçon, lui réclamant 20.000 euros de dommages et d'intérêts et l'abandon de l'URL (adresse du site internet), au titre de sa ressemblance avec le mensuel "La Parisienne" vendu avec le quotidien.
Le Parisien poursuit le site theparisienne.fr pour contrefaçon

Vue, prise le 13 décembre 2006 à Paris, de la façade du siège du Parisien/Aujourd'hui en France
afp.com/Joel Saget

"Cette assignation fait suite à de très nombreux échanges depuis septembre 2013, il s'agit d'une contrefaçon sur une marque déposée depuis 2003", a indiqué à l'AFP Jean Hornain, directeur général du Parisien, faisant référence au magazine féminin "La Parisienne" distribué avec le quotidien.

"Nous demandons à Mme Zaouati (qui dirige le blog theparisienne.fr, NDLR) qu'elle cesse d'utiliser pour son blog le titre de +The Parisienne+ et +So parisiennes+, qu'elle nous cède ses noms de domaine, et réclamons une condamnation à 20 000€ de dommages et intérêts", indique-t-on au Parisien.
"Cette assignation intervient quand les gens ne donnent pas suite, mais il y a toujours une solution à l'amiable", a-t-il poursuivi, précisant que "des discussions sont toujours possibles".
Sur le blog qu'elle indiquait tenir depuis cinq ans, Nathalie Zaouati s'indignait dans un long billet : "comment un journal pourrait-il penser une seconde que le blog individuel d'une parisienne amoureuse de sa ville pourrait être une tentative de copie d'un quotidien parisien, et de son armée de journalistes '".
La jeune femme appelait ses lecteurs à la défendre "si vous souhaitez vous aussi que les parisiennes et les parisiens puissent librement utiliser ces deux termes pour raconter leur passion pour leur ville, criez le avec moi, hommes et femmes confondus, sur tous les toits du numérique : #jesuisparisienne."
Sollicitée par l'AFP, Nathalie Zaouati n'était pas joignable mardi.
Mardi, les deux comptes twitter du Parisien et du blog theparisienne se sont affrontés, reprenant chacun à son compte le hastag #jesuisparisienne.
"@le_Parisien vous n'imaginez pas que je vais répondre à ce simple tweet sur Twitter alors que je suis assignée en justice '" twittait le compte @zeparisienne.
"On se parle ce mardi '#jesuisparisienne", répondait le quotidien.
"Vous savez où me joindre je pense #jesuisparisienne", rétorquait le blog.

Le blog theparisienne.fr s'intéresse aux expositions, restaurants, pièces de théâtre, promenades à Paris etc.

Par  
Du coup je suis aller voir les deux sites en question...
Comparons ça :


 Et ça :


C'est totalement pareil, quoi !!! Elle est trop méga fondée, la plainte du journal le Parisien !!!


Tssss... Bientôt à chaque fois qu'on dira que le parisien est un con, il faudra payer des droits à ce putain de journal de merde...

vendredi 22 août 2014

Weekend reflection contest - "J'ai glissé, chef !"

So... 

I'm not in the Mont St Michel as I was supposed to.

Instead I'm at home,waiting.

Waiting for for my knee to heal.

I had an accident at work on Monday...

I took some pics of my misfortune :

Brancard orange pour la VIP




But...

There was a silver lining : I found a reflection !!!



I'm going to have a lot of time on my hands to visit all your blogs, now. ^^

(For those who wonder : the title means "I slipped, sir!" - It is a famouse French movie quote, la septième compagnie, which must be completly unknown out of France, 'cause it is a very baaaaaad movie ^^)






Thanks for your visit, please click on the image below yo see many other reflections :


Tentative de fugue en la mineur

Tu vois qu'elles n'étaient pas imaginaires, mes douleurs, Dimanche dernier...

Je ne voulais pas qu'il soit sacrifié mon porc gras


Perspective d'avenir





Adieu


Les péchés capitaux


Si le suivisme est un péché capital, 'faut que j'arrête de bosser à la moutonnière, moi. ^^

The morning glory de l'après-midi


Ils plantent de drôles de trucs, à la municipalité de St Gildas des bois, quand même...


A peine les ai-je vu que je les ai immédiatement indentifiées, ces Gloire-du-matin :



(extrait wikipedia) Les graines de cette espèce comme de toutes celles appelées aussi morning glory, sont employées par les chamans pour des rites divinatoires sous les noms de ololiuqui (olioliuqui) ou de tlitliltzin. Albert Hofmann fut le premier à annoncer que ces graines contenaient un dérivé d'acide lysergique, ce qui fut confirmé par la suite grâce à des études chimiques. Le principal composant psychoactif est l'ergine ou acide d-lysergique amide, mais on trouve de nombreux autres principes actifs comme l'isoergine (acide d-isolysergique).

Les graines d’ipomea tricolor contiennent du LSA, un alcaloïde hallucinogène nommé ergine et représentent un des principaux enthéogènes utilisés par les indigènes d’Oaxaca. Les graines sont utilisées à des fins divinatoires, lors de rituels religieux ou thérapeutiques. Les Chinantèques les nomment Piul et les Mazatèques qui en font aussi un usage chamanique, l'appellent Badho Negro. Durant la période précolombienne, les Aztèques la nommaient Tlilitzin et considéraient cette plante comme une herbe sacrée dont l’usage rituel s’apparentaient parfois à celui de l’Ololiuqui Turbina corymbosa. En Nahuatl, Tlilitzin signifie « noir » avec un suffixe révérenciel « Tzin » qui témoigne du respect des Aztèques envers cette plante.



Eh bien on va patienter un peu pour la récolte, té. ^^