jeudi 29 novembre 2012

Droit de réponse

Source :  http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/notre-dame-des-landes-une-necessite-pour-l-ouest-29-11-2012-1923951.php

Auteur :  Catherine Magueur

Notre-Dame-des-Landes. «Une nécessité» pour l'Ouest


29 novembre 2012


Soudés et avec de pacifiques munitions, les décideurs politiques et économiques du Grand Ouest sont venus déminer, à Paris, l'explosif dossier de Notre-Dame-des- Landes, «une nécessité».

Pas de «couacs» au programme. Hier, à Paris, élus (majoritairement socialistes) et décideurs économiques du Grand Ouest ont voulu déminer le dossier Notre-Dame-des-Landes. Ce projet a «traversé toutes les alternances politiques». Jospin, Raffarin, Fillon étaient tous «pour». Cet aéroport doit voir le jour pour des raisons «économiques, démocratiques et écologiques», disent-ils.

Grosse connerie : dire qu'un aéroport doit voir le jour pour des raisons écologiques c'est débile, comme raisonnement, sachant que les contrails augmentent l'effet de serre, que les largages de kérosène sont affreusement polluant, que le bruit d'un avion au décollage et à l'atterrissage font fuir tous les riverains ayant les moyen de déménager.

Economiquement parlant, on va droit dans le mur : toutes les compagnies aériennes sont actuellement en régression de chiffre d'affaire, les low cost sont à bas prix parce qu'elles sont soutenues par des subventions, c'est-à-dire VOS IMPOTS, pour résumer. 

La création d'emplois grâce à la construction d'un nouvel aéroport est un mirage, une promesse électorale qui n'a aucun sens : la construction sera assurée par une population immigrante (autrement dit on va voir des gens débarquer de l'Est en force pour prendre d'assaut ces éventuels emplois, parce que payés dans leur pays à taux horaire en vigueur chez eux, ils sont plus rentables que les ouvriers français du bâtiment). Ensuite pour faire tourner cet aéroport, il va certes falloir recruter, mais pas tant que ça, puisque le personnel de l'actuel aéroport, mis au chômage à l'occasion de sa fermeture sera embauché en priorité, avec des nouveau CDD ou CDI, stipulant des conditions inférieures à celles dont ils bénéficient actuellement (salaire, ancienneté, etc.).Si l'aéroport créé 10 emplois en CDI à tout casser ce sera bien le bout du monde. Tout le reste sera du CDD, avec beaucoup de turn over, comme Vinci a coutume de faire dans toutes les sociétés dont il détient la gestion à défaut des parts.

Quant aux conditions DEMOCRATIQUES pour lesquels cet aéroport doit voir le jour, on a bien vu tout au long de la procédure la façon dont la démocratie a été respectée : ZERO consultation des populations locales ; tout a consisté en de grande réunions d'information dont le débat était absent, et dont les compte-rendus par contre eux stipulaient qu'il y avait bien eu débat, ce qui est en matière de manipulation d'opinion le B A BA.

Il est indispensable «pour le développement et l'emploi du Grand Ouest, de la Loire-Atlantique, certes, mais aussi de la Bretagne», insiste Jacques Auxiette,président de la région Pays-de-la-Loire.

Alors là, il va falloir m'expliquer comme un aéroport situé EN DEHORS de la région BRETAGNE va permettre le développement de la région en question. A moins de considérer la Loire-Atlantique comme déjà réintégrée à la Bretagne, ce qui n'est pas du tout le cas aujourd'hui, je ne vois pas comment un aéroport à Nantes va aider une ville comme Brest, située à 300 bornes : l'administration de la Loire-Atlantique dépend des pays de Loire, donc de la Loire-Atlantique, de Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Vendée.

La Loire-Atlantique nous pète les noix depuis plusieurs années en revendiquant une appartenant à la Bretagne historique, et effectivement une procédure est en cours pour un éventuel rattachement du département à la Bretagne administrative, actuellement composée des départements des Côtes-d'Armor, du Finistère, de l'Ille-et-Vilaine et du Morbihan.

Mais il ne faut pas mettre la charrue avant les Boeufs, Monsieur Auxiette : le rattachement n'a pas encore abouti, et vous allez avoir beaucoup de mal à changer ce que 200 ans ont accompli. 

Cependant quand je vois cet argument, tout à coup je comprends mieux pourquoi l'aéroport de St Jacques des Landes est actuellement menacé de fermeture, et pourquoi un type qui est président d'une région n'ayant qu'un vague rapport historique avec Rennes : ce que j'avais commencé à expliqué dans ce billet http://lunedemaledaumon.blogspot.fr/2012/11/adieu-lunite.html
prend tout à coup corps. 


C'est évident que l'actuelle président de la région des pays de Loire travaille déjà comme un Breton, au mépris des autres départements sous sa responsabilité, et lorsqu'on viole son mandat public à ce point, en perdant de vue à ce point les objectifs de la région dont on a la garde, il vaut mieux démissionner pour devenir militant, ce serait plus honnête. 

Vous êtes grassement payé 5 512 € bruts par mois pour vous occuper du développement des Pays de Loire, Monsieur Auxiette, pas pour vous occuper du développement de la région Bretagne DONT VOUS N'ETES PAS ENCORE LE PRESIDENT.

«Ayrault avait 15 ans quand le projet est né»

Le Premier ministre est dans la ligne de mire des opposants au transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique vers Notre-Dame-des-Landes. «Jean-Marc Ayrault était âgé de15ans quant le projet est né (en 1965) ! De là à considérer que c'est son bébé, c'est aller un peu vite en besogne!», s'exclame Yannick Vaugrenard, sénateur socialiste. Un projet de plus de quarante ans, cela pourrait être une arme à double tranchant. De quoi apporter de l'eau au moulin d'un Nicolas Hulot qui, ier, torpillait le projet en le qualifiant d'«archaïque».

Faux, rétorque le pack du Grand Ouest. Notre-Dame-des-Landes est plus indispensable encore aujourd'hui car l'Europe s'est tendue à l'Est. Le Grand Ouest est encore plus éloigné des centres de décisions. «Pas question d'accepter d'être le Far West de l'Europe!», poursuit Yannick Vaugrenard.

Donc là, belle démonstration de rhétorique politique : un petit coup d'ironie pour ridiculiser l'adversaire et reprendre la main pour faire passer une bourde énorme. Si je lis bien ce qui est écrit, le Grand Ouest est éloigné du centre des décisions dont il faut un nouvel aéroport... Ce qui est un non sens absolu et une bêtise effroyable : des aéroports, il y en a déjà en Bretagne, la preuve :


Pourquoi diable ce qui existe déjà serait moins efficace que ce qui, Dieu merci, n'est pas encore construit ?

Et si on jette un coup d'oeil aux liaison assurées par les aéroports BRETONS (et pas pays-de-loiriens, merci), on se rend compte que pour être encore plus éloignée du centre des décisions, la Bretagne assure déjà pas mal de destinations internationales :


Quant à la formule «Pas question d'accepter d'être le Far West de l'Europe!» de Yannick Vaugrenard, elle est stupide, quand on regarde une carte du Grand Ouest, créer un aéroport de cette taille dans la partie la plus à l'EST de la Bretagne va enclaver la région et l'essouffler :


Vous voyez où est situé Nantes, par rapport à la Bretagne ? Complètement à l'est. Donc la Bretagne deviendra le Far-West de Nantes, ce qui va à l'encontre de l'objectif politique de ce projet stupide.

Tous déplorent la présentation caricaturale du projet. Dominique Boscher, président de l'Association citoyenne contre le survol de Nantes, le martèle: pour des raisons de sécurité et des raisons sonores, il faut cet aéroport. 42.000 personnes sont aujourd'hui concernées par le bruit.  Avec Notre-Dame-des-Landes, ils ne seront plus que 900... «Je ne comprends pas que les Verts ne soient pas de ce côté-là!», regrette-t-il, en dénonçant, au passage, l'attitude de violence des opposants. «Il ne s'agit que d'un transfert d'aéroport. Voir ce dossier monter à un niveau national... Les bras m'en tombent. On voit bien qu'il s'agit "d'un débat idéologique"».

Alors là, en matière d'argumentation, j'ai entendu des trucs cons, mais là, vraiment ça bas des records. Une ville c'est déjà bruyant et une pollution sonore à elle toute seule, aéroport ou pas aéroport... Ce n'est pas parce que vous allez délocaliser une parmi toutes les sources de pollution sonore que vous allez changer quelque chose au problème. Paris n'est pas survolée par des avions, et ça ne l'empêche pas d'être aussi bruyante qu'un avion sur certaines zone ; allez faire un tour sur le périphérique pendant l'heure de pointe : entre les klaxons et les échappements, vous avez l'équivalent en décibel d'un avion au décollage... Déplacer l'aéroport de Nantes ne changera RIEN en matière de bruit pour les 42 000 habitants de Nantes, pas la peine de nous raconter des bobards.

Par contre créer un aéroport à notre-Dame de Lande ne fera pas chier juste 900 personnes, ce qui est, soit dit en passant le décompte de la population actuelle du centre bourg de ce village : cela fera chier tout le nord du département, qui était relativement préservé jusque là... Vous savez ce qui va se passer, lorsque le bruit de l'aéroport fera déplacer les populations actuelles vers des endroits plus calmes ? L'immobilier va crasher. On ira vers des perte de 30 à 50 % de la valeur immobilière. Les maisons qui actuellement ont déjà du mal à se vendre vont tellement perdre en valeur que les rachèteront des promoteurs à très bas prix, pour en faire du logement social de banlieue. Vous allez créer une banlieue parisienne pour Nantes. Et quand on voit les problème d'insécurité que cela créé, je me dis que vous n'avez pas décidément de sous de jugeotte dans vos cerveaux étriqués, quand vous acceptez un pot-de-vin, pour ne pas comprendre à quel point c'est nocif, un projet pareil, sur tous les plans.

«Mépris démocratique»

«Nantes-Atlantique est saturé», souligne Nathalie Appéré, députée socialiste de Rennes. Soutenir l'air ne veut pas dire que l'on soit opposé au fer. Au contraire. Ils sont complémentaires», dit la Bretonne.

Nantes-atlantique n'est pas saturé, c'est un mensonge. Je ne pige pas comment une député socialiste de RENNES peut dire une chose pareille, alors que l'aéroport Saint-Jacques-Des-Landes, situé dans sa région à elle, celle qui l'a élue est menacé de fermeture parce qu'il est sous exploité. Si les politiques cessaient d'intervenir pour interdire l'exploitation de ce qui est déjà existant afin de faire passer en force un projet pourri comme celui-ci, la planète respirerait déjà beaucoup mieux, j'ai l'impression.

Quant à «manger» les terres aux agriculteurs, le maire de Nantes, Patrick Rimbert, conteste.

Bien sûr que ça va prendre des terres aux agriculteurs... Et même mieux : ça va polluer deux sites pour le prix d'un. Car une fois Nantes Atlantique déclassé, qu'est-ce qu'on va faire de la terre qui aura reçu autant de polluant pendant plus de 40 ans ? Du blé ? Ouais, mais pas consommable, celui-là : on va tout bétonner, créer des nouveaux immeubles pour accueillir un nouveau quartier de Nantes qui a dû mal à trouver des terres pour continuer à se développer.

Parce que le nerf du problème est là, en fait : supprimer l'aéroport actuel pour le délocaliser à ND des Landes c'est surtout pour le développement urbain de Nantes. La ville actuellement est surpeuplée, et la demande en logement est très forte. Les terrains de Nantes Atlantique représenteraient une merveilleuse manne pour les promoteurs de tout poil qui rêvent d'un nouveau terrain à bâtir pour faire sortir un nouveau quartier : les spéculations vont bon train tout autour de l'actuel aéroport parce que monsieur ayrault a promis ce putain de nouvel aéroport...

Mais vous savez quoi ? Je ne comprends pas comment des gens sensés avoir un tant soit peu de respect pour les humains qui les mettent au pouvoir peuvent se dire qu'ils vont parquer sur quarante ans d'infiltration de métaux lourds et de polluants toxiques cancérigènes des familles entières à moindre prix. Non, je ne comprends pas.


Le président du département d'Ille-et-Vilaine, quant à lui, dénonce un «mépris démocratique. Les procédures ont été respectées et approuvées», dit-il. Il dénonce un «mépris pour la province, ces gens de l'Ouest qui peuvent se contenter de leurs aéroports». Le président du conseil général de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, appelé, hier, à l'apaisement, «pour que le débat devienne un peu rationnel». Le pack acquiescé.

Ça c'est l'argument préféré des politiques, le mépris des technocrates parisiens pour la province. La vérité, c'est qu'on ne veut pas de votre projet parce qu'il est pourri, tout simplement ; d'ailleurs si ça fait 40 ans que vous cherchez à l'imposer sans succès, c'est que le mépris démocratique, il est plutôt de votre côté.

2 commentaires:

  1. J'ai lu ta vaticination sur le blog de Zoé. Tu devrais la mettre en commentaire de la vignette concernée, pour que personne la perde de vue, parce que je sais exactement de quoi tu parles, et je suis épaté.

    Soit tu as un vrai don, soit tu as un très bon informateur.

    RépondreSupprimer
  2. En même temps, ce n'est pas très compliqué à comprendre, ce qui va se passer, vu qu'ils ne peuvent pas s'opposer directement à leur propre camp... Il faut des biais, dans ce genre de cas, et quoi de plus croustillant qu'un bon vieux scandale !

    RépondreSupprimer

Tous les commentaires sont les bienvenus !

Mais Google m'a fourni un widget qui envoie les commentaires anonymes des nuisibles directement dans le dossier SPAM de mon employeur pour analyse. Je ne les reçois plus dans ma boite mail et je ne peux plus les lire. Ne soyez pas donc surpris si je n'y répond pas.

Comments are welcome !!!

But Google has provided me a widget that sends anonymous comments from armfull persons directly in a SPAM folder of my employer for analysis. I do not get them in my inbox anymore, I cannot read them, so do not be surprise if I do not provide an answer to them.