lundi 12 novembre 2012

Et Titine, alors ?! Salauds ! C'est comme ça que vous traitez les vieux, dans votre société ?!

source : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0202378756006-delanoe-veut-une-prime-a-la-casse-reservee-aux-conducteurs-parisiens-509803.php

Auto - Transports

Industrie - Services   Auto - Transports   Actualités

Delanoë ressort la prime à la casse

Par Marion Kindermans | 12/11 | 14:46 | mis à jour à 19:37
Le maire de Paris souhaite faire financer sa mesure d'interdiction des véhicules de plus de dix-sept ans par une prime à la casse de l'Etat. Cette annonce ne convainc pas les élus mais réjouit de manière inattendue les représentants de l'association 40 millions d'automobilistes.

Pas sûr que le maire de Paris soit ravi de ce soutien. L'annonce ce lundi matin par Bertrand Delanoë, au Conseil de Paris, de relancer le dispositif de prime à la casse pour financer le remplacement des véhicules polluants, en a surpris plus d'un. Mais il recueille l'approbation d'un des plus constants opposants à la stratégie municipale de limitation de la voiture, Pierre Chasseray, délégué général de l'association '40 millions d'automobilistes'  : « Le maire de Paris reprend une de nos propositions, nous sommes donc très satisfaits de cette mesure qui va dans le sens de l'automobile, de l'écologie et de l'économie. Le système de bonus-malus ne fonctionne pas, il faut donc relancer cette prime à l'achat, le seul moyen pour lutter contre la pollution », a réagi ce dernier, par ailleurs critique sur la plupart des autres mesures du plan anti-pollution défendu par Bertrand Delanoë.
Parmi les 50 mesures que propose l'exécutif pour améliorer la qualité de l'air, débattues aujourd'hui dans l'hémicycle municipale, Bertrand Delanoe prévoit en effet dès 2014 l'interdiction des véhicules de plus de 17 ans et des deux-roues de plus de dix ans. Une disposition jugée « antisociale (...) et tout aussi difficilement contrôlable qu'applicable », par l'association '40 millions d'automobilistes' comme par les politiques de divers bords, car risquant, selon ces derniers, de pénaliser les foyers les plus pauvres.
Le maire de Paris a donc voulu calmer les esprits. Ce matin, il a déclaré que dans le cadre de la ZAPA (zone d'action prioritaire pour la qualité de l'air) qu'il compte demander au Premier ministre « sur un territoire étendu jusqu'à l'A 86 » : « avec le soutien de l'Etat nous accompagnerions sa mise en oeuvre d'une prime à la casse pour l'ensemble des possesseurs de véhicules polluants vivant sur son ressort ».
Cette annonce reçoit le soutien de Ian Brossat, chef de file du groupe PC-PG au Conseil de Paris : « nous sommes satisfaits que le maire de Paris ait entendu les remarques que nous avons faites sur la menace sociale de son plan. Il faudra néanmoins s'assurer que, dans le cadre de la ZAPA, les deux mesures -interdiction des vieux véhicules et prime à la casse-soient concomitantes ».
Un autre souhait du groupe a été pris en compte par l'exécutif, à savoir « l'élaboration de mesures préventives et coercitives (...) pour écarter de la circulation les véhicules émettant plus de 150 grammes de CO2/km » -à savoir les 4x4, crossovers ou SUV.

Un plan baclé

Mais la relance de la prime à la casse ne contente pas tout le monde. « Le maire de Paris s'est senti obligé de trouver une parade sociale. C'est encore un effet d'annonce. Et d'abord, qui va payer cette prime : l'Etat ou la Ville ? », accuse Yves Contassot, conseiller EELV de Paris. Quant à la droite, elle continue à tirer à boulet rouge sur la communication de l'exécutif municipale.
« Encore une fois, c'est une mesure qui dépend des décisions de l'Etat. Or, elle a été supprimée car elle était jugée trop coûteuse. Cela montre à quel point ce plan est baclé », tacle Jean-François Legaret, chef de file du groupe UMPPA à Paris.
Mise en place entre 2008 et 2010, la prime à la casse avait coûté plus d'un milliard d'euros à l'Etat (514 millions d'euros en 2009 et 510 millions en 2010). Elle était initialement estimée à 220 millions d'euros. Ce dispositif aurait permis ¼ des ventes de voitures neuves de cette période.

Ouais.
Moi, ce que je vois surtout, c'est qu'une mesure comme ça va permettre aux fabricants d'automobiles de nous vendre encore plus de voitures neuves pourries qui passe leur temps au garage et qui coûtent une fortune ne serait-ce que pour diagnostiquer la panne... Je vois déjà les assureurs, les garagistes, les concessionnaires se frotter les mains, avec des symboles euros dans les yeux...

Une roue sur Titine : 50 euros ; une roue sur la Clio de ma mère 100 euros. Je vous garantie que en ce qui me concerne, le calcul est vite fait : je garde Titine.
En plus, c'est débile de penser que parce qu'ils vont supprimer les voitures de plus de 17 ans intra-muros, ça va changer la pollution, vu que c'est le périphérique qui crée la barrière qui étouffe la ville. Sans compter que la plus grosse source de pollution transport à Paris, c'est les CAMIONS (livraison intra muros et transit sur le périph)... Obliger les particuliers qui n'ont pas de fric à changer de voiture ne va rien changer au problème, et va créé un nouveau déficit sur le crédit...
Encore une idée DEBILE.
BRAVO, LES POLITIQUES !!!
CLAPCLAPCLAP...  

En France on n'a pas de pétrole... Et on n'a pas deux sous de jugeotte non plus, j'ai l'impression.